L’ARRET CARDIAQUE

L’arrêt cardiaque ou arrêt cardio-respiratoire ou encore arrêt cardio-circulatoire, communément appelé mort subite est dû à un arrêt de la circulation lié à un dysfonctionnement du muscle cardiaque.

L’arrêt cardiaque est associé dans tous les cas à un arrêt respiratoire et une perte de connaissance. La victime ne répond pas, ne bouge pas, elle est inconsciente et elle ne respire pas.

Sans une intervention très rapide des secours, les chances de survie de la victime sont infimes.

LA FIBRILLATION VENTRICULAIRE

Chez l’adulte, dans 90% des cas l’arrêt cardiaque est lié à un trouble du rythme appelé fibrillation ventriculaire. La fibrillation est un dérèglement de l’activité du cœur correspondant à la contraction rapide, désorganisée et inefficace des ventricules cardiaques. Sur l’électrocardiogramme (ECG) on voit des ondulations plus ou moins fines et désorganisées.

Arrêt Cardiaque - Fibrillation ventriculaire

Fibrillation ventriculaire
 

Les causes de la fibrillation sont multiples : infarctus du myocarde, anomalies cardiaques,électrocution,noyade ou intoxication.
Seul un choc électrique peut rétablir l’activité électrique normale du cœur.

RECONNAITRE L’ARRET CARDIAQUE

La victime d’un arrêt cardiaque perd connaissance brutalement. Elle tombe et ne réagit pas aux stimulations. Elle ne respire pas ou présente des mouvements respiratoires désordonnés et inefficaces.

La perte de connaissance peut être précédée de signes évocateurs d’un infarctus du myocarde tels qu’une douleur thoracique du type serrement ou oppression mais survient le plus souvent sans prévenir.

ARRET CARDIAQUE vs CRISE CARDIAQUE

Les gens confondent souvent ces 2 termes , mais ils ne sont pas synonymes. Les deux peuvent tuer. Tous les deux impliquent le cœur. Mais ce n’est pas la même chose. Nous comparons ces deux problèmes médicaux et proposons des conseils sur la façon de réagir si vous vous trouvez dans un scénario d’urgence.

Une crise cardiaque est causée par l’interruption du flux sanguin vers le cœur et un arrêt cardiaqueest lié à un dysfonctionnement cardiaque qui s’arrête soudainement de battre. La crise cardiaque est un problème « circulatoire » alors que l’arrêt cardiaque est un problème « électrique« .

Arrêt Cardiaque vs Crise Cardiaque – Infographie

LA CHAINE DE SURVIE

Arrêt Cardiaque - Chaine de survie

1. Appelez

Dès que vous avez constaté que la victime est inconsciente et ne respire pas, vous devez appelez les secours en composant le 15 (SAMU), le 18 (Pompiers) ou le 112 (numéro européen).

2. Massez

La victime doit être allongée sur le dos sur un plan dur. Agenouillez-vous à ses cotés et posez les mains l’une sur l’autre en appuyant avec le talon de la main sur le sternum au milieu de la poitrine, vos bras sont bien tendus.
Vos épaules doivent être dans l’alignement de vos mains.
Effectuez des compressions à la fréquence de 120 par minutes en utilisant votre poids de façon à enfoncer le sternum de 4 à 5 cm.

3. Défibrillez

Dès l’arrivée d’un défibrillateur automatisé externe (DAE), ouvrez le, mettez en place les électrodes sur le thorax de la victime à même la peau et suivez les instructions vocales.
L’utilisation d’un DAE ne nécessite aucune formation,c’est un appareil très simple à utiliser et sans aucun danger pour vous ou la victime.

Associé au massage cardiaque, l’utilisation d’un défibrillateur multiplie par 10 la probabilité de sauver la victime.

4. Attendez les secours

Laissez les électrodes en place et continuez le massage cardiaque si nécessaire en attendant l’arrivée des secours.

50.000 personnes en France meurent chaque année d’un arrêt cardiaque. Cela représente donc plus de 130 morts par jour ! Ce chiffre se monte à 400.000 en Europe et 7 millions dans le monde.

Dans près de 70% des cas, l’arrêt cardiaque se déroule devant un témoin, or le taux de survie en France est seulement de 7% alors qu’il est de 40% à Amsterdam aux Pays-Bas ou à Lugano en Suisse.

Selon l’INSERM, une défibrillation précoce permettrait de sauver plusieurs milliers de personnes chaque année.

En cas d’arrêt cardiaque le temps est un élément décisif qui conditionne les chances de survie.
Au delà de 4 minutes, on estime que pour chaque minute écoulée, les chances de survie diminuent de 10%. Sans oxygénation, le cerveau peut être gravement endommagé et présenter par la suite de lourdes séquelles.
En moins de 10 minutes sans réanimation, le pronostic vital de la victime peut donc être fatal. Compte tenu du temps nécessaire aux secours pour arriver sur le lieu de l’accident, il est donc indispensable que les témoins d’un arrêt cardiaque puissent appeler les secours et démarrer la réanimation de la victime par le massage cardiaque.

Près de 70.000 Défibrillateurs (DAE) sont recensés par l’application Staying Alive développée dans le monde par AEDMAP et l’Association RMC/BFM.
Cette application propose de multiples fonctionnalités et services dont :

  • Localisation et signalement de défibrillateurs
  • Tutoriels sur les gestes qui sauvent (massage cardiaque, utilisation d’un DAE)
  • Bon Samaritain

Elle est disponible gratuitement pour iPhone & Android.